Chinon/Richelieu

Au cœur du Val de Loire, la Ville de Chinon est classée au patrimoine mondial de l’Unesco

« S’il y a un château médiéval que vous devez voir en Val de Loire, c’est bien celui de Chinon »

Arrivés sur le Quai Danton, nos yeux ne peuvent déjà plus se détacher de cette forteresse médiévale, royale, construite sur les coteaux de la Vienne. Nos randonneurs, levés tôt mais motivés sont donc partis pour cette première journée à la rencontre des Chinonais et de leur histoire.

Une petite déambulation dans le centre-ville, avec ses rues étroites et tortueuses, ses maisons à pans de bois, ses hôtels particuliers en tuffeau, puis la montée vers la forteresse .C’est un peu essoufflés que nous découvrons la beauté des paysages. Ce printemps nous livre une explosion de couleurs, du jaune, des camaïeux de verts. Puis nous gravissons les coteaux, certes les vignes encore un peu dépouillées. Partout, en toile de fond, des châteaux, de grand renom, tous évocateurs de bons vins de la Loire.

Nous avons voyagé en Rabelaisie, pays imaginaire de Rabelais, dans les pays de Grandgousier et de Gargantua. François Rabelais, nous avions certes un peu oublié ce philosophe qui en 1534 posa les fondements d’une philosophie de la tolérance et du bien vivre qui marqueront à jamais les esprits et les comportements.

A Chinon, la tradition du bien boire et du bien manger de Rabelais est toujours vivante « Beuvez toujours, ne meurez jamais » telle fut l’une de ses paroles.

Comme Rabelais, le partage, la joie et l’humour sont des valeurs partagées par nos randonneurs.  »Quand allons-nous faire une dégustation ? » s’impatientent nos randonneurs.

Le château de la Grille

Celle-ci n’a pas tardé. Arrivés pour le pique-nique dans le parc du Château de la Grille, nos randonneurs ont dégusté. Les rosés fruités, les blancs jaunes pailles, les vins rouges fruités, avec une dominante de fruit rouges, de cassis, de fraise des bois…Chacun a trouvé « bouteille à son palet ».

Les randonneurs se sont endormis, encore bercés par l’histoire, dans la magnifique Abbaye de Seuilly où François Rabelais, né à la Devinière toute proche, vint y faire ses classes.

Le lendemain matin, promenade à partir de l’Abbaye vers la Devinière. Un tapis de plantes aromatiques, odorantes, de fleurs colorées s’offre à nous. Thym serpolet, menthe, de la raiponce, de l’oignon sauvage, des orties à manger en salade, de la pulmonaire officinale, des violettes, l’anémone pulsatile avec ses fleurs violettes, ses feuilles argentées velues.

Après-midi, direction Richelieu.

Exemple unique en France d’urbanisme du 17ème siècle. Régularité et symétrie caractérisent cette « cité idéale ». Aujourd’hui site classé avec sa Grande Rue, bordée de 28 hôtels particuliers, sa halle, sa place Royale et son église du 17ème siècle. Entourée de remparts, bordée de douves, cette ville est accessible par trois portes monumentales.

Avant le départ, au moment du pique-nique, difficile pour Didier, tombé sous le charme de cette ville, malgré ses envolées passionnées et passionnantes, de concentrer notre petite troupe sur l’histoire de Armand Jean du Plessis dit le Cardinal de Richelieu !

Sous les tables, les bouteilles attendaient, la fin du week end approchait, l’heure de la dégustation collective avait sonné ! Chinon, Saumur, Cabernet…

L’histoire, oui, mais pas que !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.